Visuel 1

Pourquoi un parc naturel régional ?

Un parc naturel régional est un territoire rural habité, reconnu au niveau national pour sa forte valeur patrimoniale et paysagère, qui s’organise autour d’un projet concerté de développement durable, fondé sur la protection et la valorisation de son patrimoine.
Un parc naturel régional est un organisme de missions et non de compétences, il ne prend pas de compétence à une collectivité, ni ne se substitue à l’une d’elles.

Il regroupe des communes qui ont défini ensemble un même projet pour leur territoire, dans une démarche de développement durable, et se donnent les moyens d’y parvenir. L’atout majeur réside dans la mise à disposition des élus et de la population, d’une équipe de spécialistes dans les domaines traités par la Charte, proche du terrain et des préoccupations locales. Un parc naturel régional a pour missions :

  • la protection et la gestion du patrimoine naturel, culturel et paysager ;

  • l’aménagement du territoire ;

  • le développement économique et social ;

  • l’accueil, l’éducation et l’information ;

  • l’expérimentation.

Un PNR n’a pas de pouvoir réglementaire spécifique. La capacité à faire respecter ses objectifs de protection et de valorisation passe avant tout par la concertation, la sensibilisation, l’animation, l’information auprès de différents publics (élus, professionnels, habitants, visiteurs).

La charte du Parc est le contrat qui concrétise le projet de protection et de développement du territoire pour 12 ans. C’est un projet transversal et concerté, décliné en mesures opérationnelles. La charte précise le rôle du syndicat du Parc et l’engagement de chacun des signataires de la charte.

Un Parc naturel régional est un territoire rural habité, reconnu au niveau national pour sa forte valeur patrimoniale et paysagère, mais fragile (1), qui s’organise autour d’un projet concerté de développement durable (2), fondé sur la protection et la valorisation de son patrimoine.

Le territoire d’un Parc naturel régional est classé par décret du Premier Ministre pris sur rapport du Ministre en charge de l’Environnement, pour une durée de douze ans renouvelable. Il est géré par un syndicat mixte regroupant toutes les collectivités qui ont approuvé la Charte du Parc.

(1) Parce que menacé soit par la dévitalisation rurale, soit par une trop forte pression urbaine ou une surfréquentation touristique.
(2) Le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » - Définition du rapport de la commission mondiale sur l’Environnement et le Développement - Commission G.H Brundtland - « Notre avenir à tous » - 1987.
« Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit constituer une partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolément » - Principe 4 de la Déclaration de la Conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement - Rio de Janeiro - 1992.

 


Pourquoi un PNR sur le territoire du Bocage Gâtinais ?

Le Bocage Gâtinais s’est forgé une identité bien spécifique, issue de son histoire et de ses caractéristiques géographiques. Ses paysages sont restés harmonieux et le territoire s’est aménagé progressivement, en gardant ses caractéristiques. Toutefois, son découpage administratif déstructure cette harmonie et ne permet pas une gestion cohérente de ce large territoire. Le Bocage Gâtinais est également soumis à une pression urbaine issue de la métropole parisienne, risquant à terme de le banaliser. Une mobilisation locale, portée par les élus a permis d’enclencher la réflexion pour identifier si l’outil PNR correspondait le mieux à la préservation du Bocage Gâtinais. Les trois Régions (Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté  et Centre) ont jugé cette démarche pertinente qu’ils soutiennent. Les études et les concertations ont été engagées depuis 2006.

L’année 2016 devrait marquer, 10 années après le lancement du projet, une étape décisive. L’Etat sera sollicité afin qu’il se positionne sur l’opportunité de poursuivre le processus.